Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 17:07

J'ai trouvé un conte pour illustrer mon article sur le sotré  ICI... (merveilleux site sur la Lorraine et ses traditions...)

 

 

Le Sotré

Le père Clément avait les plus beaux chevaux du village. Ils étaient grands et fringants, leurs robes étaient brillantes, leurs crinières frémissantes et leurs sabots luisants. Et en plus de cela, ils étaient vaillant à l’ouvrage.
Pourtant, il ne perdait guère de temps à s’en occuper: jamais il ne leur curait le pied ou ne les étrillait.
Rarement il changeait leurs litières.
Aussi ne comprenait il pas pourquoi , chaque matin, au réveil, il découvrait une écurie propre et retrouvait ses chevaux brossés, la queue peignée et parfois même leur crinière nattée.
Qui s’amusait ainsi. Était-ce sa servante ? Ou bien sa femme, la grande Nanette ?
Ce qui le turlupinait encore davantage, c’était que la nourriture qu’il réservait à ses bêtes avait disparue. Il ne donnait pourtant que la juste ration à chacun d’eux, non parce qu’il était avare , mais parce qu’il n’aimait pas le gaspillage. Et comme dit le proverbe, il croyait que donner du vin aux dames et de l’avoine aux chèvres, c’était du bien perdu.
Et parlons en de l’avoine ! Oh, ce n’était pas des chèvres qu’il devait se plaindre, c’était de ses chevaux ! Ces animaux là mangeaient, mangeaient … Jamais il n’avait vu de tels appétits. Mais il n’empêche que son coffre d’avoine se vidait bien vite .
Il ne voyait qu’une explication : quelqu’un venait la nuit  dans son écurie lui voler son avoine. Et il se promit de surprendre le voleur.
Il en causa d’abord à sa femme qui se moqua de lui :
 -  Mais de quoi donc te plains tu  mon bon. N’as tu pas les meilleurs chevaux du coin ?
Mais il insista. Alors , elle lui avoua  qu’elle savait que s’était le sotré.
 -  Le Sotré ? Mais ne soit pas bourrique ! Tout le monde sait que le Sotré n’existe pas ! Ce sont des histoires de mâmiches (= mammies).Tu en as vu toi ?
- Chut, quand on les vois, il ne faut surtout pas le dire … Ils se fâcheraient.
- Ma pauv’ Nanette ! Je ne te croyais pas si bête !
Elle se contenta de hausser les épaules. Car elle savait fort bien que ce n’était pas des histoires …
Les Sotrés, elle les connaissait. Quand elle n’était qu’une pisseuse au berceau, bâillant pour avoir sa tossotte (= tétine) , déjà ils venaient l’endormir en lui chantant de chansons qu’elle seule entendait.
           Ninan ! Beau fanfan !
           Les cloches font leur petit chant
           Pour mener nos poules aux champs.
           La plus belle s’en va devant,
           La plus laide s’en va derrière,
           L’estropiée est attardée,
           La plus haute monte sur les autres,
           Iouhihi ! L’oiseau l’a prise !
Et puis quand elle était piote (=enfant), elle aimait aller aider la servante à traire les vaches dans l’étable, au dessus des forets des Vosges où se trouvait la ferme de son père. La Bibi ne manquait jamais de verser un peu de lait qu’elle allait mener au grenier.
 - pour qui donc c’est ce bol ?
- Chut … Faut pas le dire. C’est pour le Sotré !
- Et pourquoi ? Il aime tant que ça le lait le Sotré ?
- Oh que oui ! Tu comprends, il se repose le jour et lorsque la nuit tombe, il se met au boulot.
La Bibi regardant autours d’elle si personne ne l’écoutait, abaissa la voix :
- C’est pour le remercier de s’occuper des vaches quand on dort. Pour les soigner, il leur retire leurs cornes. Mais s’il n’a pas eu son compte de lait, il oublie de les remettre, et ça fait maigrir les pauv’ bêtes. Si, si, c’est arrivé dans la ferme là où je travaillais avant. Et on dit que ces les maîtres qui n’aiment pas les sotrés, pour se venger, ils mettent des cheveux dans le beurre et font pipi dans le lait. Tu te rends compte un peu !
Le temps avait passé et la servante les avait quitté. Et la Nanette était devenue une bacelle (=demoiselle) plus occupée par les garçons que les Sotrés.
Mais une nuit qu’elle ne pouvait pas dormir parce qu’elle pensait à son Clément, elle s’était accoudée à la fenêtre et avait vu bouger quelque chose sur le tas de fumier. Ce n’était pas des bêtes. C’était de petits hommes, des Sotrés , qui se tenaient par la main et qui rondiaient (=faisaient une ronde).
Elle s’était vite recouchée et n’en n'avait jamais reparlé.

Après, elle avait quitté ses sapins et ses vaches pour aller vivre avec son Clément dans le nord de la Lorraine où les gens parlaient un patois différent du sien.
Oh, mais elle ne se plaignait pas ! C’était une femme respectée et le père Clément ne la bourriaudait  (=grondait) guère. Il n’était ni trop faignant, ni trop soûlot. En plus comme on dit, il avait du poil sur l’oreiller : il était à son aise , simplement un peu trop regardant à la dépense. Et quand la Nanette voulait s’acheter une petite bricole, elle le faisait en douce. Mais ce qu’elle lui reprochait surtout, c’est qu’il ne croyait pas , ni à Dieu, ni au Diable, ni à la dame verte, ni aux Sotrés.
Et pour dire vrai, elle n’aurait pas été fâchée que le Sotré joua un bon tour à son Clément pour lui prouver qu‘il existait.
Ce soir là, le père Clément avait bu 2 ou 3 verres de vin chaud , histoire de se donner du cœur au ventre et de s’empêcher de dormir, pris sa fourche et se blottit dans un recoin de l’écurie pour guetter son voleur.
Un rayon de lune passait par la petite fenêtre tandis que les chevaux dormaient.
Le père Clément, malgré son petit remontant, commença  à se laisser envahir par le sommeil.
Mais soudain, au premier coup de minuit sur le clocher de l’église, il entendit grincer la porte.
Un petit bonhomme chantonnant, vêtu d’une houppelande et coiffé d’une calotte s’approcha d’un cheval et grimpa sur son dos, le caressa et le câlina. Il fit de même avec tous les autres chevaux qui hennissaient doucement comme pour lui dire qu’ils étaient reconnaissant.
Maître Clément se demandait s’il révait. Il se frotta les yeux mais il était bien éveillé.

           Clip, clop, je frappe à la porte
           Clip, clop, je cours et je trotte
           Clip, clop, je flatte et je frotte
           Clip, clop, je soigne sans trêve
           Clip, clop, les chevaux qui rêvent

Aussi , quand il eu fini de s’occuper de ses bêtes et s’approcha du coffre à grains , le fermier bondit sur lui et, croyant l’attraper, planta sa fourche . Mais quand il se releva, le Sotré avait disparu et seule sa petite calotte était restée agrafée à une dent de la fourche.
Un petit nuage voilà la lune et l’écurie se trouva plongée dans l’obscurité.
Alors on entendit d’une voix aiguë et moqueuse:
 - si tu me prends ma calicotte, je te roulerai dans la crotte !!! Hi, hi , hi !!!
 - ta calipotte, petit voleur, je l’ai et je la garde !
Il se rapprocha de l’endroit d’où venait la voix et se pencha, pensant sentir quelque chose gigoter dans la paille. A ce même moment, de l’autre coté de l’écurie, il entendis:
 - Rends moi mon bonnet ou je te change en baudet !
Puis la porte claqua.
Le lendemain, la mésaventure du Sotré fit le tour du village et le père Clément fit son fier montrant la petite calotte rouge comme un trophée en laissant entendre qu’il avait échappé à un grand danger.
 - alors, tu l’as vu ?
- Et comment donc que je l’ai vu !
- et à quoi il ressemblait ?
- à un petit bonhomme très laid avec de grandes oreilles comme des feuilles de chou et un grand nez .

La grande Nanette étais soucieuse . Se moquer du Sotré ne lui disait rien qui vaille.
Comme son mari dormait à poings fermés , après  avoir bien arrosé sa victoire, elle lui repris la calicotte et la rangea soigneusement. Puis elle se coucha et dormi  d‘un sommeil sans rêve.
Le lendemain matin lorsqu’ elle se réveilla, son mari n’était plus là.

Elle ne commença à s’inquiéter qu’à l’heure du casse croûte et se mit à le chercher.
La journée passa, et , désespérée, elle vint trouver le curé qui, souriant, lui demanda si elle était allée voir du coté de l’écurie.Lorsqu’elle entra dans l’écurie, elle remarqua un baudet  parmi les chevaux qui ne s’y trouvait pas  la veille. Elle compris aussitôt.
A la nuit tombante, elle retourna à l’écurie et y laissa la calicotte.
Elle ne put s’empêcher de ricaner sous sa cape lorsqu’elle passa devant l’âne à qui elle donna double ration d’avoine.

Le lendemain, l’âne s’était volatilisé et le bon Clément ronflait, la tète dans le crottin. Sans doute n’avait il pas fini de cuver son vin ...

 


Alors, vous en pensez quoi de mon ami le sotré ? sympathique, non? en tout cas il nous montre bien que la générosité est toujours récompensée et que l'avarice se paie à un moment ou un autre...


           

                                                               


Repost 0
Published by maria - dans petite histoire
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 15:55

 

Bientôt Noël... le temps des lutins est venu...

 

 

 Avez-vous déjà entendu parlé du sotré ? Non ? Alors soyez bien attentif à ce que je vais vous racontez... Le sotré n'est autre qu'un petit lutin nommé ainsi en Lorraine et plus particulièrement dans les contrées vogiennes...

 

  Il est généralement coiffé d'un bonnet rouge, d'un pantalon rouge et vêtu d'un grand manteau sans manche, parfois rouge, parfois noir... c'est selon!!! Il déteste pourtant cette couleur... bizarre..., non? Mais cela s'explique par le tempérament et le caractère très soupe au lait de notre petit lutin...

 

  Il est doué de certains dons magiques qu'il utilise parfois au dépend des êtres humains qui croisent son chemin...  il peut aussi utiliser ses dons pour rendre service... cela dépendra de son humeur du jour...

 Ainsi, à l'occasion il pourra devenir très affable, et très serviable à l'encontre des personnes chez qui il élira domicile...  Pour cela, il pourra passer des nuits entières à utiliser son don de nyctalopie (eh oui, il voit dans l'obscurité...) pour chasser les souris de votre grenier, passer le balais, la serpillière, entretenir le feu, ranger la maison etc...

Mais gare à vous si vous le dérangez ou le surprenez... Il pourra alors se mettre très en colère... Alors, plus de tranquilité au domicile. Il s'amusera à répandre de la poussière partout, à tout déranger, à casser la vaisselle... etc... Ainsi, mieux vaut être ami avec lui, qu'ennemi... Pour le récompenser, il ne demande pas grand chose.. Un peu de lait qu'il ira traire lui même et un bon feu auprès duquel il pourra se reposer.

 

 Autre qualité, le sotré aime beaucoup les enfants. (peut être à cause de sa taille enfantine...?). Dés la naissance, il aime prendre soin d'eux en les berçant quand ils pleurents, en leur chantant des berceuses, en les faisant rire avec des grimaces de toutes sortes. Il leur donne aussi de la bouillie noire, dont il garde le secret de préparation, pour les aider à grandir et à se fortifier....

 

  Un autre endroit qu'affectionne notre sotré: l'écurie. Il y soigne les bêtes, change leur litière, leur donne des herbes succulentes pour qu'elles produisent un meilleur lait, leur donne à boire etc... Pour traire les vaches, il prend cependant la précaution de leur ôter leurs cornes pour ne pas se blesser... il prendra soin de les remettre en place comme il faut quand il aura fini sa besogne... 

 

 Mais ses animaux préférés restent les chevaux. Il adore les peigner, les étriller, leur faire leurs soins avec toutes les précautions possibles. Toute cette activité nocturne à l'écurie n'est pas toujours du goût des paysans qui, en essayant de contrarier le lutin, peuvent se retrouver dans des situations très délicates... En exemple, on peut citer ce paysan qui fut changer en bourrique en ayant voulu mettre hors de son écurie un sotré qui venait toutes les nuits s'occuper de ses chevaux...

 

 

 On retrouve également notre sotré à d'autres endroit. Notamment dans les mines de Lorraine où on lui a donné l'affectueux surnom de "Petit Minou" ( petit homme des mines). Il protège les galeries et les mineurs et garde un oeil sur eux pour qu'il ne leur arrive rien. Dans la vallée de la Sarre on l'appellaité également "Kleinebergman" (petit homme de la Montagne).

 

 

Ainsi donc le sotré rythmait le quotidien d'autrefois... je dis d'autrefois car désormais, plus de vache à traire (tout ou presque est automatique), plus de feu à entretenir dans les foyers (ou si peu), plus de mine à protèger... Aussi notre ami (ou ennemi...) sotré tend à disparaître car, là est le plus grave, on ne croit plus en lui, ou, en tout cas on ne parle pus de lui et comme tout être magique, ce qui le fait exister, c'est le fait qu'on y croit, qu'on y pense et surtout qu'on le raconte... Alors n'hésitez pas à perpétuer la légende et à parler de lui car sinon, il finira par disparaître complètement... 


 

 Pour écrire cet article je me suis servi d'un merveilleux livre sur le sotré: "Sotré et autres lutins de Lorraine" de Roger Wadier avec de fabuleuses illustrations de Pierre-Dan Thouvenot... Aux éditions "une page à l'autre" 2002.


 

 

                                   

 

 

Repost 0
Published by maria - dans petite histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de maria
  • Le blog de maria
  • : allez, je m'y mets pour de bon... après plusieurs essais et tentatives non suivis de création de blogs, j'ai décidé de m'y mettre pour de bon pour faire partager à tous nos idées,notre quotidien, notre vie etc... bon vent à toutes les personnes qui passeront par là.
  • Contact

 

 

 

Recherche

Page Facebook

Hello coton

Retrouvez louise54100 sur Hellocoton

à visiter

top site